ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !

Kevin Deschamps, l’athlète épicurien qui affole les chronos – part.3

Peux-tu nous en dire plus ?
J’ai eu la chance de rencontrer il a quelques années Jean Marie Lagarde qui m’a introduit à la sophrologie sportive. Bien plus que la pratique en elle-même, j’ai également adhéré à la façon d’aborder l’effort, l’entrainement et la récupération. C’est toute une philosophie de vie qui s’articule autour de l’athlétisme et de l’investissement que cette passion implique. Jean Marie étant très proche de Thierry Guibault (NDLR double champion de France de cross vétéran 2015/16) j’ai la chance de pouvoir échanger régulièrement avec lui. Et c’est un sacré luxe que de pouvoir profiter de sa longue expérience du haut niveau.

Quels sont alors tes ambitions pour 2017 ?
J’ai bien débuté la saison de cross en m’imposant à Anglet aux championnats de territoires. Je vais tenter de faire mieux que l’année dernière aux championnats de France et à St Médard sur 10km, sans bien sûr me mettre la pression. Pour la suite, rien n’est bien précis encore.

Tu arbores un sacré nombre de tatouages, quels liens ont-ils avec ta personnalité ?
Comme l’indique l’un d’entre eux : mon corps est le livre ouvert de ce que renferme mon cœur. Ils sont une manière de laisser une trace visible de mon vécu, de ma vie. C’est une passion que j’ai depuis plusieurs années.

Un petit secret pour nos lecteurs Kevin ?
Peut-être mes entrainements en hypoxie : sur des plages de temps données, je m’efforce de respirer uniquement par le nez ou par intervalle. En plus de l’intérêt physiologique, cela m’efforce à rester concentré sur moi-même. Attention quand même pour les néophytes, cela m’a été conseillé par des spécialistes qui me connaissent très bien.
Je réduis également au maximum l’utilisation de la montre lors de mes sorties. La sensation prime avant tout. Quand je sens qu’il faut rentrer, je rentre !

Retrouvez les premières parties du témoignage de Kévin sur l’app Kapp10 ou sur spyros.kapp10.com !