ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !

Nicolas Duplaa : il va défier les crêtes d’Espelette en espadrilles !

Nicolas, tu es venu nous voir avec tes espadrilles de courses ? D’où t’es venue cette idée de défi pour la prochaine édition de la course des crêtes à Espelette ?
Sur le Marathon de Paris, un des concurrents a couru avec des espadrilles et il a fait le buzz. Il a communiqué sur le fait que c’étaient des sandales catalanes. Mais l’origine des espadrilles, elle est en Soule !

L’entreprise Prodiso, à Mauléon, a déposé une annonce sollicitant un coureur qui oserait relever le défi de participer à une course en espadrilles souletines. … Le lendemain, des copains m’ont relayé cette info et m’ont dit « C’est pour toi ! », et j’y suis allé !

Tu as donc pris contact avec l’entreprise ?
Oui, je suis allé les rencontrer. A l’origine, cette annonce était un peu une boutade, mais on a rapidement accroché sur ce défi. Ils m’ont donné une paire d’espadrilles pour que j’essaie. Je me suis lancé … et en fait, j’aime bien !

Tu vas apporter une touche personnelle au débat entre chaussures minimalistes et chaussures classiques ultra amortissantes !
J’avais commencé à courir avec des chaussures minimalistes five fingers. La foulée est complètement modifiée. Je pense que la foulée s’adapte à la chaussure et pas l’inverse. Quand j’ai des chaussures normales, je cours comme tout le monde. Avec les five fingers, tu as une foulée plus naturelle, tu modifies tes appuis et tu amortis avec le mollet. Avec les espadrilles, j’ai retrouvé à peu près la même foulée et je me sens encore plus à l’aise. Je crois même que je me sens mieux pour courir, je reporte moins mes appuis sur les talons. Je me sens plus libre, plus gainé, plus léger.

Cela veut dire que tu cours régulièrement avec tes espadrilles ?
Du coup, dès qu’il fait beau, je cours en espadrilles. Il faut quand même dire que la corde n’aime pas trop l’eau ! J’en suis à une quinzaine de sorties, soit plus de 150 kilomètres. Et ce week end, j’ai couru mon relai du Tour de la Soule en espadrilles. Tout le monde me regardait… Un peu interloqué … Mais tout s’est bien passé !

Tu peux envisager des limites dans leur utilisation ?
En fait, on ne connaît pas bien encore les limites de cette chaussure, sa vitesse d’usure par exemple. Avec les concepteurs de Prodiso, on est en plein test. Avec l’idée, en arrière-plan, pourquoi pas de produire une sandale de course ! Nous sommes sur une phase de prototypage. Ils me demandent de la pousser au maximum. Après 150 kilomètres, elle n’a pas l’air si usée que ça. C’est le modèle que j’utilise depuis le début.

Elles ressemblent vraiment au modèle classique vendu dans le commerce…
Les concepteurs ont mis une petite mousse sur la semelle… Les gens me demandent si je n’ai pas d’ampoules en courant directement sur la corde. Non, ça va, nickel … Evidemment concernant cette mousse, je ne divulgue pas ce petit secret !
Mais c’est pratiquement le modèle qui est vendu tous les jours dans tous les magasins qui distribuent la marque.

Alors, c’est un vrai défi qui est lancé entre les Catalans et les Souletins ?
Quand j’ai posté mon idée de courir les Crêtes en espadrilles, Errea, l’équipementier du coureur en sandales catalanes m’a contacté pour me proposer ce défi sportif et ils en ont parlé aux organisateurs de la course. Nous nous sommes inscrits sur le 26 kilomètres et nous avons également pris un dossard pour la nocturne.

Tu peux nous livrer un petit pronostic ?
Honnêtement, ce gars, c’est un bon ! Il a de solides références. Il vaut 2 H 22 sur Marathon, il a fait une très grosse place sur le trail du Canigou, il a l’habitude de courir en sandales. A Espelette, il va peut-être viser une bonne place… Il est possible que je finisse loin derrière lui.
J’y vais juste pour m’amuser, prendre du plaisir, pour voir ce que cela peut donner. J’allie le sport à la culture, c’est quelque chose qui me plait bien ! L’idée c’est de faire parler de l’espadrille souletine et donc de la Soule ! De véhiculer une image positive !

Que faut -il te souhaiter pour ce week-end ?
Une météo favorable ! La corde n’aime pas du tout l’eau, la boue … et certaines descentes en terrain humide … Tu n’as pas de crampons !

Tu as d’autres projets pour l’avenir ?
Les championnats du Monde de course en espadrilles sont à inventer !
Je vais essayer de courir un Marathon en espadrilles, mais sans viser forcément un chrono, le Marathon du Médoc. Et puis, j’ai un rêve, participer au semi-marathon des Sables. Je vais créer une association me permettant de rechercher des partenaires financiers, des sponsors, pour m’aider à monter ce projet. Je suis ouvert à toute proposition !