ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !

Trail du Barétous – Laurent Harguindeguy « ce qui est intéressant, c’est la variété des terrains et du cheminement »

Le Trail du Barétous a lieu le week-end prochain à Arette. D’année en année, cet événement séduit de plus en plus de sportifs, notamment du fait de la variété des terrains proposés et d’une excellente organisation. Laurent Harguindeguy nous présente les nouveautés de l’édition 2018.

Kapp10 – Laurent, pour commencer tu nous présentes les nouveautés de 2018 ?

Laurent Harguindeguy – La principale nouveauté, elle est d’importance, c’est la modification des parcours. Pour coller aux standards du Challenge RRun de Laurent Galinier, nous avons raccourci le trail longue distance qui est ramené à 25 kilomètres. Ensuite, le choix des sites a également été modifié : nous n’allons plus utiliser la partie entre Arette et Lanne qui accueillait également le 13 kilomètres et la marche.

K10 – Peux-tu nous décrire les sites parcourus ?

LH – Le parcours de 25 km commence par une petite boucle dans le village d’Arette pour étirer un peu le peloton, et permettre au public d’applaudir les coureurs ! Il part ensuite sur les hauteurs de Castet et Unharce, plonge dans la forêt de Bugangues que l’on avait un peu abandonnée lors des dernières éditions. Le dénivelé cumulé frôle les 1300 mètres. Quant au 13 km et à la marche dont le parcours se déroule sur plus de 11 kilomètres, ils emprunteront également les hauteurs entre Arette, Issor et Ance.

K10 – On sent dans ton discours, tout ton attachement à la réalisation des tracés…

LH – En ce qui concerne les tracés, je travaille avec un petit groupe de copains. Ce sont des terrains que je connais bien pour les parcourir un peu dans tous les sens toute l’année. Ce qui me motive vraiment, et c’est en lien, bien sûr, avec ce que je ressens en tant que coureur, c’est l’intérêt des différentes portions du tracé. Ce qui est intéressant c’est la variété des espaces parcourus mais aussi la variété des terrains et du cheminement. Par exemple, sur Bugangue, tu as des passages en forêt sur des pistes, mais aussi de jolis singles, puis tu sors et tu as des grands passages sur des crêtes avec des vues magnifiques … quand il fait beau ! Le week-end dernier, on a fait une reconnaissance, c’était superbe. Et puis ces passages, sur les hauteurs, les fougeraies, sont des terrains sur lesquels l’eau s’écoule, tu n’as pas de souci de zones boueuses. Ce n’est pas comme dans les bas-fonds.

En ce moment, j’entends les traileurs qui ont couru ces derniers temps en Béarn ou en Pays Basque, ils sont fatigués de ces terrains glissants, lourds, et de cette météo pas très sympa.

K10 – Toujours autant d’engagement pour les bénévoles de cette organisation ?

LH – Nous sommes 6 ou 7 au bureau de l’association. C’est le « noyau dur » de l’organisation : soit de la famille de Patrice Hourticq, soit des proches. A la base, l’objectif de cette course reste de réunir des fonds pour lutter contre la SLA. La plupart de ces gens ne sont pas coureurs, à part Raymond Trey, qui est coureur aussi.

Ensuite, sur le terrain, en tout, on doit être autour de 70 personnes à travailler sur le trail. Tu as tous les bénévoles qui s’occupent des inscriptions le matin de la course, la remise des dossards, les différents ravitaillements, ceux qui sont placés sur les endroits stratégiques sur le parcours. Je n’oublie pas tous ceux qui ont aidé au balisage, au nettoyage des parcours, mais aussi aux différentes tâches administratives.

Ensemble nous participons à l’accueil, la sécurité, le bon déroulement de la course pour tous les coureurs, mais aussi … à la bonne humeur qui doit régner sur ce genre de manifestation !

INSCRIVEZ-VOUS ICI !

En tout cas, bonne chance à l’édition 2018 du trail du Baretous, et que le travail accompli par l’ensemble des bénévoles portés par l’objectif de la lutte contre la SLA (maladie de Charcot) donne beaucoup de plaisir à de très nombreux coureurs et marcheurs !