ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !

Xiberotarrak : « Nous ne sommes pas une famille, mais nous sommes très soudés »

Nous avons échangé avec Nicolas Duplaa, le président du Xiberotarrak sur le vécu de ce club, ses objectifs et ses ambitions.

Nicolas, la course à pied est un sport individuel, que peut apporter un club aux coureurs ?

L’idée du club c’est que chacun y retrouve son compte. C’est sûr que quand tu cours seul, s’il ne fait pas beau, tu ne vas pas y aller. Nous nous entraînons tous les mardis soirs à Mauléon à partir d’un point de rendez-vous à la gare à 18 H 30, tu as beau avoir une météo minable, tu vas avoir une vingtaine de coureurs qui vont partir.

Tu as la stimulation d’être en groupe de passer un bon moment. Et après, l’objectif c’est ça, c’est d’échanger, de partager. De partager le plaisir. Tu passes un bon moment ensemble, tu vas boire un verre à l’issue de l’entraînement. Tu as cette convivialité que les gens recherchent aussi.

 

Cette convivialité vous souhaitez la mettre en avant ?

En ce qui me concerne, c’est un des leviers sur lequel j’ai souhaité insister pour notre club de Xiberotarrak, parce qu’il y a eu des années où ce club a pu véhiculer une image élitiste, avec des très bons coureurs issus d’origines pas forcément très locales. Ils gagnaient des courses et réalisaient de super chronos partout où ils passaient.

Les gens n’osaient pas venir parce qu’ils se disaient qu’ils n’avaient pas le niveau pour courir avec eux.

Nous sommes un noyau dur au bureau qui souhaite vraiment privilégier l’esprit par rapport au côté élitiste. Cela ne veut pas dire que l’on va jeter dehors des bons coureurs, mais il faut aussi qu’ils apportent quelque chose au groupe. Qu’ils aient cet esprit de partage et de club.

 

Cela veut dire que l’accès au club est ouvert à tous les coureurs ?

Nous essayons de modifier cette représentation qu’ont pu avoir les gens de Xiberotarrak en montrant que le club est ouvert à tous. Il y a de très bons coureurs bien entendu, mais ça va jusqu’aux débutants, aux personnes qui veulent se lancer dans le trail.

Le mardi, on propose des séances de fractionné, les contenus sont adaptés selon les niveaux, il ne faut pas que les gens hésitent à nous rejoindre.

Le club, c’est aussi la porte ouverte à des débutants ou à des débutantes pour un premier contact avec la course à pied. Le fait de voir partir ce groupe tous les mardis a donné envie à une coureuse de nous rejoindre parce qu’elle travaille dans le quartier. Elle nous a dit que sans cette motivation par le groupe elle ne se serait jamais lancée, surtout avec la météo de ces derniers mois !

 

Vous commencez à atteindre vos objectifs d’ouvrir Xiberotarrak à de nouveaux pratiquants ?

Nous arrivons à peu près à une cinquantaine de licenciés. Ce nombre est en progression. Nous sentons que l’image du club est en train de changer. Comme je l’ai dit, des débutants nous rejoignent Mais il y a aussi des coureurs qui avaient une pratique individuelle, ils nous rejoignent, par exemple pour réaliser des séances de fractionné. Dès que tu réalises ce type de séances, tu vois vite que tu progresses. Du coup, tu t’insères dans cette spirale, tu deviens plus assidu sur les entraînements. Certains se retrouvent le vendredi pour une seconde séance en commun. Le weekend, ils sont en contact, ils organisent parfois une sortie course en montagne. La plupart des coureurs ont nettement progressé.

Une autre fierté pour nous, ce sont ces jeunes lycéens qui viennent s’entrainer le mardi soir, ils sont encadrés par les adultes. Dans ce groupe, tu as Max qui a 71 ans, il court avec des lycéens qui sont en seconde qui ont 16 ans. C’est une belle image. Ces jeunes sont super gentils. C’est encourageant aussi pour nous de les avoir et avec cet état d’esprit !

 

Comment préparez-vous les contenus des entraînements ?

A l’origine, Vincent Etchebest qui avait le second degré d’entraîneur FFA, avait préparé des entraînements types et Vincent Béguerie chapote les séances.

Notre saison est rythmée par quelques rendez-vous, comme les Foulées souletines en début de saison. L’hiver et le début du printemps, des entraînements progressifs sont programmés pour préparer cette course. A partir d’avril mai, les entraînements vont plus être axés sur des montées, sur du terrain varié, pour préparer la saison de trail.

L’hiver, avec la nuit et le mauvais temps, on est plus sur la route et dès les beaux jours on bascule sur la course nature. Pour ceux qui ne peuvent pas venir le mardi, le contenu de la séance est communiqué et ils peuvent la mener de leur côté.

Les plus aguerris donnent des conseils, échangent sur la préparation. Il y a un partage d’expérience. Cela permet d’éviter les grosses erreurs. On finit aussi par se connaître un peu entre nous. Certains jeunes notamment sont un peu fougueux, on leur conseille de démarrer leur course en en gardant un peu sous la semelle pour ne pas se cramer ! Nous sommes plusieurs à donner des conseils et pas forcément à des jeunes.

 

Au-delà de ces séances, qu’apporte le club à ses coureurs ?

On se retrouve aussi sur les courses. On peut faire du co-voiturage. Après la course, on va manger ensemble. C’est vraiment la notion de plaisir à partager lors de ces moments. La course à pied, ça doit être un moment de plaisir, une échappatoire par rapport au boulot ou aux moments plus compliqués.

Nous organisons aussi des sorties club, une fois par mois, selon la saison, sur la route ou en montagne.

 

Tu penses donc que Xiberotarrak est engagé sur une bonne voie ?

Oui, je le pense vraiment ! Un autre facteur nous est favorable, c’est la réussite du Tour de la Soule qui véhicule une jolie image de notre club. Et puis sur toutes nos sorties, les gens nous repèrent parce qu’on a un joli maillot, mais aussi parce qu’ils voient que l’on est là pour s’amuser, que l’on reste ensemble. Dans certains clubs, les coureurs ne se connaissent même pas. Nous ne sommes pas une famille, mais nous sommes très soudés. Dès qu’il y a un déplacement, on part ensemble, nous restons sur les repas d’après course. Les gens voient que l’on passe de bons moments. Petit à petit, cela construit une image attirante du club.